samedi 20 décembre 2014

l'émigré est un expat', non ?

L'autre, l'alter devient bizarre. Par les prouesses de ce que certains appellent intelligence, l'altérité est un concept abscons pour un esprit qui veut pourtant le manipuler.

L'intelligence est stimulée par le film "Le Temps des Aveux". C'est une adaptation du "Portail", un livre dont l'auteur, François Bizot porte en lui de devoir sa vie à la clémence d'un tortionnaire qui se rappelait encore qu'il était prof de math, un référent de la rationalité et de la logique.
L'intelligence subjuguée, lors de la promotion du film, répète une séquence à l'infini : Douch ne pouvait tuer Bizot car il avait vu l'homme en lui. Alors Douch, pour en finir définitivement de sa vision logique et réaliste, se jura de ne plus faire la même erreur.




L'intelligence cherche à comprendre la noirceur du coeur, le Portail fait parti des livres qui réussit ce pari, (joignons aussi cet autre livre à cette prouesse : la Nuit du Décret de Michel del Castillo. En est-il de même pour le film qui enlève déjà de la magie en changeant le titre, en changeant l'écriture percutante pour une narration orale.
Il ne s'agit pas d'opposer cinéma et littérature. Il s'agit de vouloir rester plus proche de la réalité.

Les Khmers rouges sont passés, le cœur noir, lui, persévère.
Dans notre réalité, beaucoup plus proche, des grillages ne sont toujours pas à la hauteur des rêves des hommes qui viennent les gravir. Regardez :



La police a un uniforme et des ordres pour inhiber son cœur car c'est celui-ci qui ferait voir l'homme. L'émigré est-il vu comme un délinquant ? Est-il responsable des grandes différences de richesses ? des politiques européennes qui ruinent sa vie de pêcheur, d'agriculteur chez lui ?
L'émigré est un expat'comme un autre. Pourtant ici il est frappé sans regard pour la loi. Il y a inversion. La loi est censée protéger le faible, pourtant la police protège le puissant comme une armée

La mer est elle-même niée. Elle avait toujours été une mer d'échange et de mixité : Marseille, Athènes, Tanger, Alexandrie, Istanbul... Ces grands ports deviennent des murs. La vue de la mer est une incitation au voyage, une vue sur l'horizon, sur l'avenir selon le Prophète. Pourtant la mer devient un mur. Elle est utilisée comme la douve géante de la forteresse Europe.

mardi 9 décembre 2014

l'enfer, les autres ?

Ecoutez l'histoire de Léonidas Théocharis dans 3D sur France Inter, émission du 7 décembre 2014


La faute de l'autre est un mécanisme de défense de base.

"C'est pas moi", un déni d'enfant qui devient chez l'adulte l'autre, ou comment montrer du doigt l'autre pour sauver sa peau.

Un mécanisme de défense n'est pas forcément légitime. Par rapport à l'autre, il ne s'agit pas de défendre l'homme ou la femme que l'on est. Plus superficiellement, il s'agit de défendre l'Ego. C'est ironique, non ?
Si vous ne trouvez pas vous pouvez continuez la lecture :

L'Ego voit l'autre, pas l'Autre.
L'Ego veut profiter de l'autre et dénie l'Autre.
La mise à profit de l'autre et le déni de l'Autre
Pour camoufler sa culpabilité.

L'égo
comme le vautour de Prométhée
est condamné à suivre les conseils tentateurs du serpent
à croquer éternellement la pomme
Comme le vautour épuise Prométhée
l'égo grignote l'arbre fruitier à l'épuiser.

A quoi servirait un Paradis terrestre si l'on n'avait pas la tentation de le perdre ?
nous demande Giono dans Noé, interrogeant notre âme au plus profond

Comment ? C'est Prométhée qui est condamné ? oh !



L'Homme qui Plantait des Arbres - 1987 - Frederic Back

mardi 2 décembre 2014

Si on respirerait des pesticides et mangerait du diesel on serait en meilleure santé ?

Feu le patron big moustache de Total disait sur France Inter, en 2014, qu'il n'était pas prouvé que le diesel soit dangereux, sauf que...
Monsanto nous annonce à tous que ses produits sont sans danger, sauf que...
On nous dit que le Nucléaire est propre et pas cher sauf que...

Sauf que nous savons que ce n'est pas vrai.

Le CNRS a annoncé les dégâts causés par le diesel et les micro et nano particules produites par les filtres censés nous protéger.
Des Scientiques se battent depuis des années pour que leurs études ne soient pas noyées sous l'intox de Monsanto
L'Etat défend son programme nucléaire avec Areva pourtant, combien coûte une centrale à la construction ? Combien coûte sa maintenance ? et encore plus cher, combien compte son arrêt et le confinement qui va avec ? Bon là-dessus les chiffres sont à la fois mirobolants et inconnus puisqu'on ne sait pas faire. On ne sait pas se débarrasser d'une centrale nucléaire, donc elle est elle-même un futur déchet de taille, sans parler des déchets nucléaires que nous ne savons qu'enfouir (une première annonce de 35 milliards d'euro pour le projet de Bure selon Consoglobe. D'ailleurs la politique du nucléaire (et de la croissance) a un sobriquet, la politique de l'autruche. Et Bure le prouve.
Sans oublier le projet du futur (du futur quoi ?), l'EPR, la note se sale, pourtant l'expérience finlandaise aurait du refroidir les ardeurs. Quand on connaît en plus les infidélités du milieu du nucléaire français quant à la sécurité de ses ouvriers, et que l'on y ajoute la modeste prudence du BTP, cela donne : un mort. Combien coûte une vie ? l'article du Moniteur en fait une liste matérielle, à cela on peut ajouter l'appel de Bouygues, et le fait qu'une vie reste inestimable.

La facture a été largement sous-estimée, sciemment sous-estimée pour que le budget puisse être voté. Voilà une utilisation fort irrespectueuse de l'appareil démocratique.
Venons-en justement à cette utilisation qui permet tant de mensonges.
Aujourd'hui, en Suisse, et c'est pour cela que j'écris ceci, l'Assemblée a commencé les débats sur le sortir du nucléaire. Pour faire simple, la droite veut ralentir allègrement le processus tandis que les Verts veulent l'accélérer. La Suisse a le mérite de poser le débat. Que fait la France de son côté, le débat est dans l'agora, mais loin d'être démocratique. Bure : débats publiques hors de la ville de Bure et non annoncés par les médias. Budget EPR trafiqué. Sécurité des centrales non garantie. Bouygues gagne le contrat, comme il en gagna un autre pour construire un hôpital à l'occasion d'un contrat public-privé !
Et les études scientifiques qui sont écoutées ? celles des industrielles.
Il est beau de parler de 6ème constitution, mais la 5ème constitution a construit sa propre psychose qui s'y appliquerait.

Quand l'Etat ment, quand Monsanto ment, quand Total ment (et cette année ils ne seraient pas les meilleurs menteurs).Il s'agit de semer le doute tout en asseyant leur toute puissance. Le peuple a reçu la Parole à travers le mensonge. Le peuple est ainsi complice. Il peut en discuter, pendant ce temps les tractations derrières les murs de Paris, Bruxelles, Strasbourg, le FMI, les Gx... ont lieu, et tout le monde joue sa survie.
Car ils s'entretiennent les uns les autres, c'est ainsi qu'ils prêchent tous la croissance et qu'à l'image du Parlement Suisse, la Droite tente de maintenir une politique qui est pourtant dans l'impasse. Une drôle d'impasse, car des solutions sont présentes mais elle sont gardées au chaud ou enterrées. Histoire d'espérer spéculer dessus ?
Le plus triste étant ces citoyens qui veulent spéculer le peu qu'ils ont, qui participent naïvement à l'augmentation des prix de l'immobilier par exemple, qui boursicotent, qui ont

La Croissance est une croisade, une croyance avec son Graal, elle est une excuse pour nous priver au fur et à mesure de nos droits. Ces pertes de Droits (Droits du travail, sécurité sociale, Santé Publique...) sont la preuve que la Croissance est factice, que pour maintenir la richesse de l'Etat il faut prendre la richesse du peuple. Car les avantages sont sociaux sont des richesses non prises en comptes dans le PIB. Pire, cette richesse est transférée. La TVA augmente pour tous, y compris les non-imposables et les entreprises reçoivent allègements fiscaux sur allègements fiscaux (pour faire simple évidemment).



En effet, arrêter la course au Graal et mettre quelques fessées ne ferait pas de mal à certains


mercredi 29 octobre 2014

ça manifeste pas mal en 2014

En France à Sivens

2-Le conseiller général, l'arbre et le débat démocratique from Jolene White on Vimeo.


à Hong Kong :



Bahrain :




Berlin (1989 évidemment, l'histoire permet de comparer aussi historiquement)



Au Tibet :
Pas de vidéo cette année, la liberté de l'information, oh oh, la Chine n'est pas la RDA, grâce aux nouvelles technologies, aux transferts de techonologie, au néolibéralisme, le gouvernement chinois contrôle parfaitement les réseaux locaux, surtout dans les zones connues pour leur agitation anti-gouvernement : dans ces zones seuls les militaires peuvent échanger des informations "On Air" et à chaque checkpoints, ce sont les contenus des portables qui sont fouillés :

C'est donc un mois plus tard que l'on a su que Lhamo Tashi s'était immolé par le feu. Pour les tibétains il s'agit bien d'une protestation politique.
S'autres tibétains se sont aussi dressés contre des projets miniers s'attaquant à leurs montagnes sacrées (qui désaltèrent via leurs glaciers fondant, soit dit en passant une grande partie de l'Asie, de la Chine bien sûr, mais aussi le Vietnam, la Birmanie, l'Inde, le Pakistan), des projets extrêmement polluants et à grand risque de futurs glissements de terrain.


aux Etats-Unis, Ferguson :



La Méditerranée :



Oui les migrants se manifestent. 3000 en bateaux, autour de 2000 à Calais. Ils manifestent pour un monde meilleur, pour leur droit à un rêve vendu chez eux qui n'existe pas pour eux là où ils désirent construire une vie meilleure.
Comme tout flux, il s'agit d'un signal, et nous aurions tort de voir ça comme un problème personnel, un problème de territoire.

Les poissons migrent, les insectes migrent, les plantes migrent. Et les hommes ne migreraient pas ? Ou plutôt ceux qui sont considérés pauvres n'ont pas ce droit qu'ont ceux qui sont nés dans le bon pays : combien de français à Londres, combien d'Anglais au Portugal ? combien d'Européens au Maroc ? combien de propriétaires terriens étrangers en Afrique ?
Ceux qui migrent, sont ceux aussi qui fuient un pays sans droit, qui fuient la mort, la famine, la guerre, la dictature, l'ostracisme. La mondialisation quant à elle n'apporte pas le droit, ni social, ni à l'information. En tout cas pas la mondialisation dominante qui construit des flux de Marché par dessus les flux du vivant. Le meilleur exemple est bien la Chine, accepté à l'OMC, a été choisie pour accueillir les Jeux Olympiques et elle se sert des technologies de Cisco pour son Grand Pare-Feu National


A contrario des manifestations ci-dessus, les manifestations ci-dessous lèvent des drapeaux contre les droits octroyer à des minorités. Elles font parti de cette dominance égocentrique qui croit que la différence la rend plus fragile : elle a raison. Ils sont fragilisés parce que leur logique ne tient pas la route. C'est ce que leur montre la différence. Un homosexuel fait peur, un arabe fait peur, un noir fait peur, un chinois fait peur. Que des peurs construites par l'inconscient selon une imagerie mythologique : le barbare de l'Est, le Huns terrible, le péril jaune, ou pire le grand noir qui par son corps ridiculise le petit blanc content d'être plus sournois. La vague étrangère, la peur ancestrale inscrite dans nos gênes des invasions d'étrangers : ces vikings de Normands (Norse men, au singulier norse man, en français : nord-man avec le d qui bouge (comme les dents d'un enfant = normand --> et appris on se moque de l'écriture SMS des jeunes !) qui ont pris pied en Normandie, ces barbares de Burgondes qui se sont installés en Bourgogne... C'est ce qui est appris à l'école : les invasions barbares. Nous n'apprenons pas l'effet de la mixité, la richesse du partage des connaissances. On utilise un zéro non breveté (sinon l'Inde serait la grande puissance sur cette terre), on apprend Thalès et Pythagore, on apprend les guerres et si peu de cultures qu'une partie des jeunes ont soif de voyages et l'autre a peur des étrangers (attention dichotomie schématique car l'altruisme n'a pas besoin de voyages, et l'égocentrisme se parfait dans le voyage). On apprend les invasions barbares d'un côté et la conquête du monde de l'autre. On apprend que l'autre est un danger et qu'il vaut mieux le conquérir. Les indiens ou les noirs en Amériques en savent quelque chose, tout comme les minorités ethniques en Chine, tout comme les noirs, les métisses, les arabes ou les juifs qui ont le bonheur de vivre dans le pays des Droits de l'Homme. Ou tout du moins la maladresse des programmes ont tendance à guider vers cette interprétation dans le contexte actuel d'une télé sécuritomane au langage mono-libérale.


vendredi 26 septembre 2014

Quand Flore quitta l'hôpital pour la terre Corse

Soigner est si complexe déjà, mais soigner un cerveau si peu compris. Avec des médicaments dont les modes d'action sont en parti incompris, soigner relève de l'expérience de laboratoire.
Ce fils a suivi les pas de Lenz, un écrivain d'une autre époque, qui était parti se réfugier dans les Vosges. Qui à soigner qui, nous l'ignorons, mais l'alchimie a fonctionné.
Ici, le fils respecte sa mère en l'amenant sur les lieux qui ont du sens et de l'histoire pour elle, bien plus qu'un hôpital.
Cela montre aussi, qu'Alzheimer pose le problème suivant à notre société : comment prendre soin de nos aïeux, comment rester proche d'eux.
Les parents qui ont des enfants handicapés ont le même problème. Comment travailler, gagner sa vie, et prendre soin de son enfant ? l'Etat n'a toujours pas fini de répondre.
En attendant pourquoi ne pas laisser plus de liberté pour exploiter le champ des possibles ?

jeudi 3 juillet 2014

l'arbre cache la forêt ?

arbre charolais
"C'est l'arbre qui cache la forêt" est une expression parlante. Elle n'insinue pas que l'arbre est à ce point massif qu'il cache ses frères. Imaginons plutôt un petit bonhomme qui a le nez collé à l'écorce d'un arbre en lisière. Imaginons un petit bonhomme qui n'a pas la jugeote de bouger, de changer son point de vue.

Pourquoi ? les médias prennent la place de nos yeux et nos cerveaux font avec.
Pourtant aujourd'hui, jour de repos passé à écouter la radio et lire quelques articles, je me sens très mal à l'aise, entre rage et compassion pour la souffrance des uns et des autres.
C'est sur que lorsqu'on entend un ex-président dire qu'il n'est pas coupable ce n'est pas nouveau. Et quand il ajoute qu'il va revenir dans le circuit politique, cela fait penser à Berlusconi. Soit. Mais aujourd'hui Berlusconi, pour fraude fiscale, effectue une peine d'intérêt général dans une maison de retraite. La même chose bientôt en notre hexagone ?

Des médias, au lendemain d'une défense présidentielle à la Cahuzac, ont décidé d'interviewer les gens de son fief (mieux vaut penser au sens figuré). Les personnes répondent gentiment comme des fidèles, des gens fiers ayant en tête l'homme qui apporte l'argent ici, qui protège les deniers des gens d'ici. A les entendre, un politique-président à le droit de mentir, de ne rien devoir à personne, d'instiller le discrédit sur l'appareil judiciaire. Les inconditionnels de Berlusconi n'auraient guère fait mieux. Ce genre d'attachement à un seigneur ressemble fortement à autre chose qu'une forme de raisonnement forgé dans les jupons de la démocratie. Et nous ne parlons pas des arguments du style je-tacle-en-touche des copains politiques.
Langue de bois ?
Langue de vipère !

Quand un politique a pour tout projet de montrer l'herbe plus verte du voisin - tiens, une autre expression verdoyante! - on ne s'attend pas à ce qu'il use d'une autre méthode pour garder son trône. Pauvreté argumentative multipliée à tour de bras pour que cette forêt de palabres cache l'arbre : l'affaire Bygmalion.

Le petit bonhomme, une fois le nez décollé de l'écorce du chêne, s'aperçoit qu'il pleut. Il est à si peu de distance de Calais qu'il doit pleuvoir là-bas aussi. Et en effet, il y pleut des coups policiers sur des gars qui rêve de Royaume-Uni. Un royaume si bien uni à une Fortress Europ (comme le dit la chanson, voir ci-dessous ) qu'ils sont coincés entre leur pays en guerre, dont les syriens (que les occidents osent si peu défendre d'un dictateur), et la Manche.
Alors que cette année a été l'occasion de fêter l'anniversaire d'un débarquement, a-t-il été oublié que sur ces plages du Nord des Anglais sont venus sauvés des hommes coincés entre la même mer et une autre dictature.
Nous sommes tous des européens (comme le disent les chansons, dont celle d'Arno) mais si des hommes cherchent à rejoindre un état membre, il n'y a pas de raison de l'accueillir chez nous, autre état membre.
République, tu t'oublies dans tes draps de soies, comme une mamie aux sphincters trop paresseux de se souvenir leur raison d'être !

Pause :


Reprise :
Pourquoi mettre ensemble l'affaire Bygmalion et la maltraitance des migrants en quête de liberté ?
Pour rappeler une nouvelle fois, que la théorie du complot des défenseurs du président normalement jugé, celle qui dit que la gauche veut empêcher le retour de Sarkozy, est un œil plaqué contre un arbre. La politique d'immigration de la France-Europe, initiée par le mandat précédent continue aujourd'hui. Et il est question d'immigration comme il est question de Santé... entre autre.
Il est bien question d'une vulgaire bataille entre détrônés et élus désavoués. Une vulgaire bataille aux traits de clivage civil pointée par l'actualité tandis que derrière cet arbre, se trame un Tafta, un Tisa, des promesses électorales oubliées, des français qui ne défendent pas leurs droits sous prétexte d'un autre arbre, la crise, un autel sacrificatoire, qui se traduit pourtant simplement en terme de mauvaise répartition des richesses. Et ce n'est pas la différence allant s'accroissant entre les plus pauvres et les plus riches qui contredira ces propos.

mardi 17 juin 2014

And I sing under the scalpel... lalala

Et voilà, la journée mondiale du don du sang est dernière nous. Il est temps de nous projeter sur plus fou encore :

Une opération de la thyroïde ( Pas d'inquiétude, pas de journée mondiale du don de thyroïde en vue à glorifier ).
Je voulais juste partager avec vous ce reportage britannique montrant une patiente opérée sous hypnotise en train de chanter pour indiquer aux chirurgiens qu'il n'est pas en train d'abîmer une ou deux cordes vocales... je me le répète, une opération sous hypnose où la patiente chante.




Vous me trouverez peut-être étrange mais je préfère regarder plusieurs fois de suite cette vidéo qu'un seul des matchs de la coupe du monde !


jeudi 12 juin 2014

une ch'tiote goutte pour une bonne cause



Bonjour,

Pourquoi revenir sur les élections européennes alors qu'elles sont l'écho des municipales ? Aujourd'hui, soyons JOYEUX. La gaieté (et le soleil y aide) comme facilitateur de générosité, j'en profite donc pour vous parler don du sang.

C'est quand même dingue de pouvoir donner son sang ! L'extraire de soi sans mourir, sans déplétion d'âme, et puis le refiler à plein de gens. Oui, oui vous avez bien lu, à plein de gens, imaginer que votre culot parte en pédiatrie et hop c'est 4 enfants qui pourraient en profiter. Ah, ces enfants, on ne peut rien leur refuser !
Bon d'accord, l'adjectif plein est excessif, un autre effet de la gaieté. Menfin, donnez des plaquettes ou du plasma et hop, plusieurs poches. C'est comme une pollinisation ou la trophallaxie des fourmis. 
Et pensez aussi, maintenant que vous êtes heureux, que vous, du groupe O vous êtes un donneur u-ni-ver-sel... il y a de quoi être fier ! et vous l'êtes n'est-ce pas ?
Vous seriez AB, vous seriez receveur universel, c'est bien, pratique aussi, mais bizarrement, se dire que l'on pourrait recevoir tous les sang, c'est moins plaisant que de se dire "mon sang va chez tout le monde"... enfin presque, on ne peut pas plaire à tout le monde. 
Vous donnez votre sang et en plus de façon gratuite, il n'y a pas plus gratifiant que le don gratuit. C'est le principe même du satyagraha (ça vous connaissez mais mal-traduit : non-violence (ahimsa), mais se prendre des coups pour faire comprendre à l'autre qu'il fait fausse route, on peut pas vraiment dire que ce n'est pas violent), donner avec la petite violence d'une seringue qui percera délicatement cet organe sensationnel qu'est la peau. Un moindre mal.
Et un jour, notre sang, pendant 120 jours environ voguera dans les vaisseaux de cet inconnu, lui redonnant des couleurs et un petit 250ml pour l'aider à reprendre du poil de la bête.

... ou alors vous savez pas quoi faire ce week-end, et plutôt que de vous faire payer un resto en vous jetant à l'eau tout habillé, vous créez un rendez-vous sur votre réseau social pour un café après une activité partagée au niveau mondiale, vous aurez prévenu que les femmes enceintes et celles qui allaitent, les personnes de moins de 50 kilos, les drogués, les infidèles ou les libertins qui ne se protègent pas et les homosexuels sont excusés d'avance...

... l'Etat ici encore gâche encore la fête, pourquoi les copains homos ne pourraient pas venir ? Parce que dans les années 80, ils étaient considérés une population à risque en terme de VIH ? Mais Mme l'EFS, sachez que dans notre région, plus d'hétéros sont séropositifs que d'homos !


Pour savoir où donner de l'hémoglobine ce week-end  cliquez ici

dimanche 23 mars 2014

vers la déréliction citoyenne [municipales 2014]

Déréliction : n.f, du latin derelictio, abandon, désigne le sentiment qui s'y rapporte ou le sentiment de solitude morale.
Rime tristement avec élection en ce jour, comme le gazouille médiapart : "Record d'abstention aux municipales, percée du FN, effondrement du PS".


Cela ne suffit pas à expliquer la déréliction grandissante à chaque élection.

1- Vision d'un futur soignant : Les hôpitaux sont dans le rouge du fait d'un pan de la loi HPST (2009), loi demandée par l'Europe pour faire entrer la Santé dans la libre la concurrence. Mme Bachelot voulait faire disparaître le statut public des hôpitaux (elle n'a pas même réussi à faire disparaître les vaccins antigrippaux) , il ne sera finalement garder que la notion de collaboration privé-publique. Dans cette logique, les directeurs d'hôpitaux deviennent des gestionnaires soumis à cette loi et doivent toujours s'accommoder des exigences de la T2A, tarification à l'activité, qui augmente les inégalités territoriales. La loi devait diminuer les dettes des hôpitaux, mais la réalité est tout autre.
Au lendemain des présidentielles "normales", une ministre de la santé était nommée, une ministre qui déclara qu'il faudrait revoir la T2A. Certainement pour galvaniser les espoirs mis dans le changement de gouvernement, en tout cas pour  les plus naïfs d'entre nous. Plus de nouvelle de ce genre de réforme. Au contraire, nationalement parlant, le gouvernement tire au centre, en matière économique cela équivaut à se soumettre à l'économie libérale, celle qui n'a plus de concurrence (sic).


Ceci est bien la cause du chemin vers la déréliction du citoyen qui nous occupe. En effet, la politique devrait se concevoir plus vaste que l'économie puisque que la seconde est seulement une subdivision de la première. Ce n'est pas à la seule économie de décider de notre santé, de la répartition des richesses globales, de la protection de l'environnement... et c'est pourtant ce qui arrive. Le nucléaire nous est ainsi annoncé propre et pas cher, on ne peut pas dire que ce soit un discours ni réaliste ni désintéressé !

2- Vision géopolitique d'un lecteur de journaux : Ce n'est par hasard que la Russie a envahi sans hésiter la Crimée. D'un côté, elle sait très bien russifier des zones stratégiques hors de ses frontières, de l'autre la Syrie lui a montré la faiblesse de la politique européenne et états-unienne. Ajoutons (des fois qu'elle aurait pu être utile) que l'ONU a été affaibli de facto par sa construction dans l'esprit colonialiste et l'affaiblissement (voire l'intimidation ) des premiers secrétaires généraux et son affaiblissement par l'économie elle-même, naissante du côté de Lausanne avec l'idée que l'Etat ne devrait plus diriger puisqu'il a mené à la guerre : le FMI puis le G8 (G5 en 1975) par exemple ont été créé par les pays dominants pour affaiblir l'ECOSOC (vous vous étonnez de connaître uniquement les deux premiers ?)
La Russie, membre permanent du Comité de Sécurité (gloups) de l'ONU, a soutenu le dictateur syrien, et ainsi celui-ci continue de sévir. Alors elle savait déjà que la Crimée n'était pas le Koweit. Et puis la Russie a une amie qui peut confirmer : la Chine. Cette dictature-ci a été invitée à entrer à l'OMC, à accueillir les Jeux Olympiques, l'économie dominante disait que cela la pacifierait, la démocratiserait. la quatrième exportatrice d'armes dans le monde (après les Etats-Unis et la Russie) ce serait à relativiser puisque , Angleterre, France et Allemagne ensemble représenterait le réel 3ème exportateur. Pas de quoi être fier.
Pour l'économie, une démocratisation correspond plutôt à une ouverture / extension du Marché. Alors d'un côté, le parti dictatorial profite de son impunité et des paradis fiscaux, et de l'autre, malgré un boycott sur les ventes d'armes, avec son armée qui est devenue la deuxième plus importante au monde (peut-être la première) sur la période 2008-201.
Ainsi donc la démocratie à l'occidentale flanche face aux dictatures. Pendant la crise, la Chine rachetait les dettes aux états européens, et maintenant alors que l'Europe s'insurge de l'invasion armée, peu d'états voudraient mettre en place de réelles sanctions. Pour ne prendre qu'un seul exemple, la Grèce : son gouvernement ne veut pas suivre l'idée de sanctions lourdes contre la Russie, en effet l'Europe (la troïka) lui a imposé un régime sec de privatisation qui eut pour conséquence l'arrivée des roubles dans son économie à un point telle qu'elle n'oserait aujourd'hui froisser Moscou.

Tandis que l'économie libérale entraîne un glissement politique (et des blanchiments) dont les grands traits sont effrayants, la politique de l'Union Europeénne, lorgnant sur Ukraine et Géorgie, espère une extension territoriale pour cette même économie mais récolte surtout des heurts contre la dictature (elle qui ne place pas son identité en dessous de l'économie).

Au-delà de nos frontières, nous ne sommes pas marchands de bonheur, et c'est dommageable ! Quant aux municipales d'un pays encore sous perfusion démocratique, que l'abstention soit si forte, qu'elle "permette" au FN de gagner des points, c'est inadmissible. C'est un soleil noir qui nous afflige tous, votants, non votants, et qu'importe notre bord politique, comprenez, et messieurs les politiques autant que les citoyens, qu'il ne faut pas FAIRE couler la barque.


En attendant un réveil politique... cette nuit est définitivement sous le signe de la déréliction.