lundi 27 mai 2013

Privatisation de notre système de Santé, Alerte !

Le silence du gouvernement dans le domaine de la Santé renforce le processus de privatisation de notre système de santé national.

Ce week-end je feuilletais un journal de l'Aisne et m'étonnais d'une publicité aux allures d'article (illégal ! mais estampillé "communiqué" ! la publicité est-elle un communiqué ? ambigüité flagrante!). En lisant cette publicité pour une... une asso ? encore ambigüe, le nom de ce service à la personne fait penser au nom d'une association : Adhap service est en fait une entreprise de type franchise (pour une publicité non franche c'est le comble !) :

Si dans les journaux locaux, Adhap est une entreprise qui a tout compris à la prise en charge des personnes hospitalisées à domicile (entre autres), sur le net Adhap sait parler aux investisseurs :

OUVRIR UNE FRANCHISE ADHAP SERVICES

  • Droits d'entrée :
16 000 €
  • Apport personnel :
50 000 €
  • Redevance fonctionnement :
3,5% du CA en 1ère année, 6% à partir de la 2ème année
  • Redevance publicitaire :
1 % du C.A. H.T en communication Nationale et 1% en communication locale.
  • Royalties :
N.C
  • Investissement global :
entre 100 000 et 120 000 € (local compris)

  • CA réalisable après 2 ans :
318 K€ (année 2)

  • Surface moyenne :
60 m²

  • Type de contrat :
Franchise

  • Aide au financement :
N.C


Cette entreprise a tout compris, elle investit où l'Etat ne veut pas investir alors qu'il dit vouloir développer l'hospitalisation à domicile. Oh, la manne financière énorme offerte sur un plateau ! Car le privé n'investira que là où il y aura retour sur investissement : les maisons de retraite non médicalisées, les cliniques spécialisées dans les cancers que l'on sait opérer...
En lisant cette publicité, on voit que le franchisé a tout compris et devient ainsi le concurrent d'associations (à but non lucratif) telles que l'ADMR ou la Croix Rouge. Le milieu social est largement associatif, la santé aussi et ces associations pallient le manque de courage de l'Etat qui par contre les tient à la gorge selon son bon-vouloir au niveau des subventions.
Au contraire une franchise, même de type service de santé à la personne est très bien vendue : le retour sur investissement est promis en deux ans ! deux ans seulement! c'est loin d'être la crise dans le domaine... et pourtant l'Etat ne remplace par les départs à la retraite des fonctionnaires de santé. Alors de plus en plus le service public de santé devient l'image médiocre, tout au contraire des cliniques avec leurs spécialistes qui négocient rondement leur salaire.

L'ultra-libéralisation de notre service de santé est dramatique pour nous tous car comme cette pratique publicitaire litigieuse, le but premiers des investisseurs est gagné de l'argent, par conséquent il réduit à néant la prise en charge équitable des toutes les pathologies, car ils préfèrent les pathologies rentables. En conséquence, pas besoin d'être fort en math pour comprendre, la politique de Santé court aujourd'hui à sa perte.
Les lanternes sont bien des vessies !

Pour en savoir plus sur les soucis de notre système de Santé :